Spécialité Sport-Santé


Accompagner vers l'activité physique régulière, c'est utiliser deux outils qui me semblent importants : l'activité physique et l'accompagnement.

L'activité physique, encadrée par une technicienne professionnelle de l'entraînement sportif et de la pédagogie différenciée est le socle sur lequel peut se développer le suivi, effectué par une conseillère professionnelle de l'accompagnement. La relation inversée est possible. Moins efficiente selon moi, elle a le mérite d'être incontournable pour les cas les plus éloignés de l'activité physique.

L'usage dans le monde de l'entraînement sportif et des formations en Sport-Santé semblent défendre l'idée que ces deux aspects doivent être maîtrisés et dispensés par une seule et même intervenante. Il me semble que non.

Bien qu'une coach, éducatrice ou enseignante devrait maîtriser ces aspects, la spécificité au sein de ce "nouveau" domaine Sport-Santé devrait être exigée sur le terrain pour deux raisons.

La première raison est de clarifier le rôle de l'intervenante au sein du réseau Sport-Santé.

Dans le cas de l'aspect "Activité Physique" sont rôle est d'encadrer un maximum de séances hebdomadaires pour les nombreux usagers qu'elle entraîne ; dans le cas de l'aspect "Accompagnement" sont rôle est de suivre les usagers en les motivant par de l'information, de la mise en place de projets personnalisés et d'explications sur les éventuels écarts aux objectifs.

Si un des deux aspects semble plus administratif que l'autre, si l'un semble plus pratique ou plus théorique que l'autre, il n'en est rien. Ces deux aspects nécessitent les mêmes connaissances de base. La technicienne en Sport-Santé doit nécessairement davantage utiliser ses compétences liées à la conduite de séances alors que la conseillère usera davantage de celles liées à l'entretien individuel de motivation.

Du côté du malade chronique accompagné, cette double entrée dans l'activité physique régulière rassure car elle différencie le loisir - et le soins par extension - de la planification du projet de santé... Comme ci avoir une activité dans le cadre du Sport-Santé ne devait être que synonyme d'intellectualisation des effets du sport sur la santé.

Elle rassure et prépare aussi à la suite, au moment où le malade chronique devient une personne normale qui a le droit de s'inscrire dans un plus large choix d'activités physiques que celles évaluées et dans lesquelles tout le monde est là "pour maigrir". Rappelons que c'est l'un des objectifs principal pour l'éducatrice ou intervenante Sport-Santé.

Ainsi je défends l'idée que, lorsque cela est possible, le réseau Sport-Santé différencie le travail de mise en place de créneaux horaires lié à des séances d'encadrement "pures" contenant un maximum d'usagers d'une part, et le travail de suivi - par des entretiens, des évaluations, des projets individualisés qui définit plus précisément le travail d'une professionnelle de l'accompagnement des malades chroniques. Enfin, et ce n'est pas des moindres, donner deux tâches différentes et riches à deux éducatrices permettra de développer deux emplois...


70 vues

© 2019 par LACOMS.